RASAD – Réseaux d’Achat pour la Sécurité Alimentaire avec le support de la Diaspora burkinabè d’Italie

RASAD – Réseaux d’Achat pour la Sécurité Alimentaire avec le support de la Diaspora burkinabè d’Italie

Le projet R.A.S.A.D. – projet triennal cofinancé par l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement – a démarré en février 2017 et a une durée de 3 ans. Le chef de file du projet est l’ONG Tamat, le partenaire local est l’Association Initiative Communautaire Changer la Vie/Nazemse (ICCV/Nazemse). Les autres partenaires sont : Région Ombrie, Ente Nazionale per le Energie Alternative (ENEA), Bambini nel Deserto Onlus, l’Association Psicologi per i Popoli nel Mondo, l’Association Ital Watinoma, l’Association Watinoma Burkina Faso.

L’action vise à soutenir les populations burkinabè plus faibles et démunies dans la poursuite du développement socio-économique, à travers le renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans la Région du Centre en soutenant l’entrepreneuriat inclusif visant, en outre, à la réintégration de la diaspora burkinabè d’Italie. Le projet se déroule dans le quartier périphérique de Cissin (Ouagadougou), et dans les zones rurales des Communes de Koubri, Komki Ipala, Komsilga, Loumbila et Tanghin Dassouri dans la province du Kadiogo. Avec les Communes de Koubri, Komsilga et Komki Ipala, Tamat et ICCV/Nazemse ont signé des accords de collaboration depuis des années.

En zone urbaine, à Cissin, le projet vise à :

- renforcer le Centre Multifonctionnel (CM) – composé d’une Banque de céréales, d’une Boutique de céréales et légumes, d’un espace aménagé pour la transformation agroalimentaire des produits maraîchers, et d’un restaurant pédagogique à gestion communautaire – réalisé par RASA, un précédent projet de Tamat,  et géré par un Groupe d’Achat Communautaire (GAC) inspiré par les Groupes d’Achat Solidaires européens (composés de femmes et de jeunes vulnérables et sans emploi) ;

- soutenir la création de microentreprises gérées par des femmes et ce à travers un programme de microcrédit et la formation technique sur la création et la gestion des microentreprises ;

- réaliser un projet pilote de cantine scolaire pur élèves des écoles locales ;

- réaliser, en collaboration avec le Centre de Santé et de Promotion Sociale (CSPS) de Cissin, des rencontres de sensibilisation de la population sur les thématiques de la santé nutritionnelle et alimentaire, des séances d’évaluation de la santé des enfants (0 – 4 ans) pour la prise en charge des cas de malnutrition grave, et des rencontres avec les mères pour la formation sur la préparation de la nourriture au niveau nutritionel équilibrée pour bébés.

Les mêmes activités sont réalisées dans la Commune de Koubri où le projet crée un Centre Multifonctionnel comme celui qui existe à Cissin.

En zone rurale, dans plusieurs villages des Communes de Koubri, Komki Ipala et Komsilga, le projet soutient le passage d’une « agriculture classique » - caractérisée par une large utilisation d’engrais et pesticides chimiques - à une agriculture écologique à travers la formation sur des techniques d’agro écologie et lutte phytosanitaire pour 600 agriculteurs. Le projet prévoit l‘installation de forages photovoltaïques à l’intérieur des sites de production et l’assistance technique permanente aux bénéficiaires assurée par un expert agronome local. En outre, le projet prévoit, avec ENEA – en collaboration avec l’Institut de l'Environnement et de Recherches Agricoles du Burkina Faso – la réalisation d’une recherche scientifique et le développement de techniques agro-écologiques et de lutte phytosanitaire.

Le projet entier est basé sur la logique de l’agriculture contractuelle, c’est-à-dire la mise en contact direct des producteurs et des consommateurs. Les GACs de Cissin et Koubri et les représentants des agriculteurs se réunissent régulièrement pour établir, de commun accord, le prix d'achat et/ou de vente des produits maraîchers. Les producteurs ont donc la certitude d'avoir une rentrée d'argent lors de la récolte et de vendre leurs produits à des prix appropriés et respectueux pour leur travail, tandis que les Boutiques sont en mesure de garantir à la population pauvre de la zone périphérique de Ouagadougou et de la Commune de Koubri, la disponibilité et l’accessibilité aux produits biologiques locaux à des prix sociaux.

Enfin, l’action vise à réaliser un projet pilote de « retour volontaire et assisté » pour la réintégration socio-économique dans le contexte d’origine de cinq (5) membres de la diaspora burkinabè d’Italie. Les bénéficiaires seront impliqués, selon leurs compétences et volonté, dans la gestion du CM à Koubri et dans les activités rémunératrices prévues par le projet.

La partie communication et sensibilisation du projet prévoit la réalisation de campagnes d’information sur les thématiques du projet en Italie et au Burkina Faso, les échanges d’expériences virtuelles entre les étudiants Burkinabè et Italiens, la réalisation d’un blog et d’un film documentaire qui retracera les activités et les résultats obtenus par le projet.

Inizio m